Un regard historique sur l’Honorable Elijah Muhammad

L’honorable Elijah Muhammad naquit trente-trois ans après la proclamation d’émancipation, aux alentours du

L'Honorable Elijah Muhammad

L’Honorable Elijah Muhammad

7 Octobre 1897 àSandersville, Georgia. La date exacte de sa naissance reste inconnue, parce que d’après les historiens et les membres de la famille, les références des descendants d’esclaves n’étaient pas mis à jour dans les milieux ruraux de Georgia. Cependant, l’honorable Elijah Muhammad dit que sa naissance eu lieu durant la première ou seconde semaine d’Octobre 1897, le 7 Octobre fut déterminé comme sa date d’anniversaire.

La vie rurale du Sud était alors assez dure. La pauvreté et la survie se faisaient la guerre. Elijah Poole, le fils d’un ministre dont les parents, William (appelé plus tard Wali) et Marie Poole, eurent 12 autres enfants et dut cesser ses études pour travailler dans les champs afin de nourrir sa famille.
Metayers en Géorgie

Metayers en Géorgie

Juste avant les années 1900, Elijah Poole épousa Clara Evans, également de Georgia. Ils eurent 8 enfants, Emmanuel, Ethel, Lottie, Nathaniel, Herbert, Elijah Jr., Wallace et Akbar.
En Avril 1923, Elijah Poole quitta la ville de Macon, ou il travaillait pour la compagnie de chemin de fer «Southern Railroad» et la «Cherokee Brick Company», pour Detroit, dans le Michigan. Les familles noires comme celle de Poole, quittaient le sud pour avoir une meilleure situation économique et sociale. Detroit était une ville active avec son industrie auto bourgeonnante.
La chute boursière de 1929 fut la porte d’entrée de la misère économique qui donna la «Grande Dépression» (Great Depression) de 1930. Plus encore, la situation raciale de l’Amérique était en spirale descendante. Les lynchages, émeutes raciales et autres formes de terrorisme contre les noirs continuèrent sans cesse. Mais Detroit, avec son immense population de 1,5 million d’habitants dont 250.000 noirs, commençait à voir des changements sur la scène sociale.
Le 4 Juillet 1930, le «sauveur» tant attendu de l’homme et de la femme noirs, Maître W. Fard Muhammad, apparu dans cette ville. Il annonça et prêcha que Dieu est Un (unique), et qu’il est maintenant temps pour les noirs de retourner à la religion de leurs ancêtres, l’Islam. Les nouvelles des enseignements de ce grand homme de l’Est se répandirent partout dans la ville de Detroit. La femme d’Elijah Poole fut la première à entendre parler du Temple de l’Islam et voulait s’y rendre pour savoir de quelle agitation il s’agissait, mais son mari lui dit qu’il irait voir lui-même.
Maître Fard Muhammad

Maître Fard Muhammad

Donc, en 1931, après avoir assisté à sa première conférence au Temple de l’Islam, Elijah Poole fut submergé par le message et l’accepta immédiatement. Peu après, Elijah Poole invita et convaincu sa famille toute entière d’accepter la réligion de l’Islam.
Le fondateur de la nation de l’Islam lui donna le nom de «Karriem» (Karim) et fit de lui un ministre. Plus tard, il fut promu à la position de «Ministre Suprême» et son nom fut changé pour Muhammad. «Le nom Poole n’a jamais été mon nom», dira-t-il plus tard, «ni le nom de mon père. C’était le nom du maître esclavagiste blanc de mon grand père après la prétendue liberté de mes parents».
Mr. Muhammad devint rapidement une partie intégrante du Temple de l’Islam. Durant les 3 années suivantes, Mr Muhammad fut personnellement enseigné par son professeur non-stop. La communauté musulmane, en plus de fonder des lieux de culte, commença à creer des entreprises sous l’égide du developpement économique qui consistait à acheter et vendre entre compagnies noires. Mr Muhammad établi un journal, «The Final Call to Islam» (Le Dernier Appel à l’Islam) en 1934. La première des nombreuses publications qu’il allait produire.
Entre-temps, Mr Muhammad aida à fonder des écoles pour une éducation approprié pour ses enfants et la communauté. En effet, les parents musulmans ressentaient que le systeme scolaire de l’état du Michigan était entièrement inadéquat pour leurs enfants, et ils établissèrent leurs propres écoles. En 1934, le conseil d’éducation du Michigan désapprouva le droit des musulmans de poursuivre leur propre agenda d’éducation, et les enseignants Musulmans ainsi que les Secrétaires du Temple furent emprisonnés sous la fausse charge de contribuer à la délinquance des mineurs. Mr Muhammad a dit qu’il s’est engagé à aller en prison après avoir appris ce qui s’était passé.
Finalement, les accusations furent abandonnées plus tard, les officiels furent libérés, et Mr Muhammad reçu une probation de six mois pour enlever les enfants Musulmans de l’école Islamique et les mettre avec des enseignants Chrétiens blancs. «Ce que je n’ai pas fait» dit-il. Il déménagea pour la ville de Chicago en Septembre de la même année. Son professeur, Maître W. Fard Muhammad, était également harcelé par la police et fut forcé de quitter Detroit et aménagea à Chicago où il a continué à faire face à l’emprisonnement et au harcèlement par la police. En 1934, Maître W. Fard Muhammad quitta la scène et laissa l’Honorable Elijah Muhammad avec la mission de ressusciter l’homme et la femme noirs.
En 1935, Mr. Muhammad fit face à de nouveaux défis. Son professeur lui donna l’instruction d’aller à Washington, pour visiter la librairie du congrès dans le but de rechercher 104 livres sur la religion de l’Islam, parmi d’autres sujets. De plus, après avoir assuré la direction du Temple de l’Islam selon l’ordre de son fondateur, Mr. Muhammad fit face à un complot d’assassinat des mains de membres mécontents. Mr. Muhammad évita leur plan maléfique et se rendit à Washington pour étudier et y construire une mosquée. Il était connu sous plusieurs noms, «Mr Evans», le nom de jeune fille de son épouse, “Ghulam Bogans”, “Muhammad Rassoull”, “Elijah Karriem” et “Muhammad of ‘U’ Street”.
Conséquemment, Alors qu’il était à Washington, Mr. Muhammad fut arrêté le 8 Mai 1942 pour s’être soi disant dérobé lors de l’appel (militaire). «Lorsque l’appel fut sonné pour tous les hommes entre 18 et 44 ans, j’ai refusé (PAS DÉROBÉ) sur la base que, premièrement j’étais un Musulman et ne prendrai pas part à la guerre, et surtout pas du coté des infidèles» dit-il dans «Message To The Black Man» (Message à L’Homme noir) «Deuxièmement, j’avais 45 ans et n’étais donc PAS, d’après la loi, obligé de m’enregistrer».
Beaucoup d’autres membres masculins de la Nation de l’Islam furent emprisonnés pour avoir fait objection à la 2e guerre mondiale. A la fin de la 2e guerre mondiale, Mr. Muhammad fut libéré de prison et retourna à Chicago, étant le point central de la nation de l’islam, il y agrandi le taux d’adhésion. Parmi les nombreux nouveaux membres inscrit dans les rangs de l’Islam, il y eut le frère Malcolm X et sa famille.
Durant les années 1950, Mr. Muhammad promu Malcolm X au poste de porte parole national, et commença à syndiquer son journal hebdomadaire «Mr. Muhammad Speaks» (Mr. Muhammad parle) parmi les journaux noirs à travers le pays. Les adhésions augmentaient quand en 1955, le Ministre Louis Farrakhan, à l’époque Louis Walcott, un artiste, adhéra à la Nation de l’Islam après avoir entendu Mr. Muhammad donner un discours à Chicago.
La persécution des musulmans continua. Les membres et les mosquées étaient toujours attaqués par des blancs à Monroe, Los Angeles, et Flint, Michigan entre autres. La publicité dans les médias possédés et opérés par des blancs commença à faire circuler de la propagande à grande échelle contre la Nation de l’Islam. Au début des années 1960, le magazine Readers Digest décrit Mr. Muhammad comme l’homme noir le plus puissant d’Amérique. À Washington, Mr. Muhammad donna son discours historique d’Uline Arena et un traitement présidentiel lui fut offert, recevant une escorte policière personnelle.
Par la suite, le commentateur de télévision Mike Wallace, en collaboration avec Louis Lomax, un journaliste noir, a diffusé le documentaire, «The Hate that Hate produced» (La haine que la haine a produit) sur une station locale de la ville de New York. Le documentaire déforme le message de la Nation d’Islam, en le qualifiant d’enseignement de la haine. James Baldwin, un célèbre auteur noir, a publié le livre “The Fire Next Time” (La Prochaine Fois, Le Feu), basé en grande partie sur son entrevue avec Mr. Muhammad. En même temps, des leaders politiques blancs comme le sénateur Al Gore Sr. commença à dénoncer la Nation de l’Islam et parlèrent d’activités prétendument «non Américaines». Le Ministre Louis Farrakhan et les autres ministres de l’Islam défendirent l’honorable Elijah Muhammad et la Nation de l’Islam contre ces attaques dans les médias, leurs discours publiques, éditoriaux, et autres relations publiques.
En 1964, le Ministre Malcolm X décida de se séparer de la Nation de l’Islam et forma sa propre organisation religieuse et politique. Sa défection très publique de la Nation de l’Islam fut basée sur ses mauvaises interprétations de la vie domestique de l’honorable Elijah Muhammad, toutefois L’atmosphère de rancoeur des deux cotés a rendu l’environnement propice à la police secrète de facon à ce qu’elle se mêle des affaires de la Nation de l’Islam, selon l’avocat défunt William Kunstler. Mr. Kunstler cita un mémo déclassifié obtenu grâce à la Freedom of Information Act (l’acte de liberté d’information) qui révéla que le gouvernement des États-Unis a joué un rôle dans l’assassinat de 1965 du frère Malcolm X.
Apres l’assassinat du frère Malcolm X, la mosquée de New York fut incendié par une bombe et la communauté Musulmane Chancelait. Mr Muhammad dépêcha donc Ministre Louis Farrakhan à New York pour prendre le contrôle de la mosquée là bas et commencer la reconstruction. En 1965, l’honorable Elijah Muhammad promu le ministre Louis Farrakhan au poste de représentant national.
Au milieu des années soixante, le mouvement Islamique croissant de Mr Muhammad s’est étendu dans plus de 60 villes et

Rencontre entre le Révérend Martin Luther King et l'Honorable Elijah Muhammad en 1966

Rencontre entre le Révérend Martin Luther King et l’Honorable Elijah Muhammad en 1966

établissements à l’étranger au Ghana, au Mexique, aux Caraïbes, en Amérique centrale parmi d’autres endroits d’après le journal Muhammad Speaks, le principal appareil d’information de la réligion.

De nombreux gouvernements Islamiques et Africains recurent l’Honorable Elijah Muhammad et firent généreusement des dons pour sa mission. Il visita la ville sainte de la Mecque où il exécuta la «Umrah» (qui est le pèlerinage à la Mecque à une période autre que la «saison du Hajj») pendant son voyage au Moyen-Orient en 1959 et prôna une fraternité mondiale.
Tous les 26 Février, il réunissait les fidèles pour les conventions du «Saviour’s Day» (Jour du Sauveur) à Chicago pour remémorer l’anniversaire de son Enseignant, pour insister une fois de plus sur son message de morale et de renouveau spirituel, et pour annoncer ses plans et son programme pour l’année suivante. Le développement économique combiné avec le renouveau moral et spirituel, a commencé a montrer des signes de progrès avec l’établissement de fermes, de bétail et de culture végétale, d’hébergement, de construction de maisons privées, d’autres achats immobiliers, de centres de transformation d’aliments, de restaurants, d’usines vestimentaires, de banques, de formations d’affaires, d’import et export, d’aviation, des soins de santé, des bureaux administratifs, de transport terrestre, maritime et aérien, ainsi que des unités de formation pour le développement et le leadership des hommes et des femmes. En 1972, l’honorable Elijah Muhammad ouvrit une mosquée et une école de 2 millions de dollars à Chicago. Au cours de cette importante inauguration de la Mosquée No 2, il loua et fit savoir qui était son meilleur assistant dans son travail.
Il demanda au Ministre Farrakhan de venir devant la communauté religieuse, puis fit l’annonce suivante tout en s’écartant de ses remarques faites précédemment : «Je voudrais que vous vous souveniez, aujourd’hui, j’ai l’un de mes plus grands prédicateurs ici – Frère pourquoi te caches-tu derrière le sycomore (arbre majestueux) ? (il rit) – viens par ici afin qu’ils puissent te voir» (des applaudissements s’ensuivirent).
«Nous avons avec nous aujourd’hui», continua le Messager, «notre grand prédicateur national. Celui que ca ne dérangeait pas d’aller à Harlem, New York, une des pires villes de notre nation ou nos villes. C’est notre frère à Detroit et Chicago ou New York. Mais je voudrais que vous vous rappeliez que toutes les semaines, il est à l’antenne entrain de m’aider à atteindre ces gens que je ne peux pas atteindre depuis ma maison et les atteindre comme lui».
«Je voudrais que vous prêtiez grande attention à ses prédications. Ses prédications témoignent de moi et de ce que Dieu m’a donné,» déclara t’il. «C’est l’un des prédicateurs nationaux les plus forts que j’ai dans les limites de l’Amerique du Nord. Partout où vous l’entendrez, écoutez le. Partout où vous le verrez, regardez-le. Partout où il vous conseille d’aller, allez-y. Partout où il vous conseille de rester, restez. Car nous sommes reconnaissants envers Allah pour cette grande aide qui est mienne, Ministre Farrakhan.» (d’autres applaudissements s’ensuivirent). «Il n’est pas un homme fier,» dit il. «Il est un homme très humble. S’il peut vous transporter à travers le lac sans vous laisser tomber; lorsque vous arrivez de l’autre coté, il ne dit pas: «Vous voyez ce que j’ai fait ?», il vous dit «Vous voyez ce qu’Allah a fait.», Il n’en fait pas son affaire. C’est un puissant prédicateur. Nous l’écoutons toutes les semaines, et je dit continuez d’écouter notre Ministre Farrakhan. Je vous remercie».
En observant le Ministre Louis Farrakhan et les disciples de l’Honorable Elijah Muhammad, l’héritage de la Nation de l’Islam continue de faire des progrès illimités comme témoigné lors du miracle des deux Million Man March (Marche d’un Million d’Hommes) parmi d’autres accomplissements vraiment étonnants.
De gauche à droite: La Chute de l'Amérique, Message À L'Homme Noir en Amérique, Comment Manger Pour Vivre

De gauche à droite: La Chute de l’Amérique, Message À L’Homme Noir en Amérique, Comment Manger Pour Vivre