LE SACRIFICE : LE PRIX NOBLE QUE L’ON PAIE POUR LA LIBERTE

 

Par l’Honorable Ministre Louis Farrakhan

 

Qui parle pour nous ? Les prisonniers

[La note du rédacteur : L’article suivant est basé sur un discours du Ministre Farrakhan le 12 octobre 1980 en faveur du combattant pour la liberté et du prisonnier politique Geronimo Pratt.]

Au Nom d’Allah, Le Bienfaiteur, Le Miséricordieux.

Le sacrifice nous est donné de manière altruiste et c’est ce dont nous avons besoin pour que l’individu accomplisse un but qui est plus grand que lui. Les Ecritures de la bible et du Coran sont pleines d’exemples de sacrifices. L’histoire du combat des Noirs en Amérique est pleine d’exemples de sacrifices. L’histoire de la lutte pour la liberté en faveur de nos frères et sœurs dans le monde est pleine d’exemples de sacrifices. C’est blessant quand des hommes et des femmes parmi nous se sacrifient pour la libération d’un peuple et celui-ci est ingrat face aux sacrifices qu’ils ont faits.

Il n’est pas suffisant de donner des louanges à Malcolm X, Marcus Garvey, Nat Turner, Nobel Drew Ali ou n’importe lequel de nos braves combattants pour la liberté. Ce que nous devons faire est de reprendre les principes qu’ils ont vécus et pour lesquels ils sont morts, puis nous devons être capable de nous sacrifier afin d’arriver au but pour lequel ils ont vécu et pour lequel ils sont morts. Alors, et seulement alors, notre vie ne serait pas inutile, et leur sacrifice ne le serait pas non plus.

Dans l’église, il y a une chanson de Gospel, « étiez vous là quand ils ont crucifié mon seigneur ? » Il n’y a jamais eu un professeur avec de bons principes pour la libération et la survie du peuple Noir dans ce pays qui n’a pas été persécuté par le gouvernement des Etats-Unis, faussement accusé et diffamé par ce système, et nous étions là. Nous avons toujours été là, mais bon nombre d’entre nous se disent : « Oui, je me rappelle de Garvey. Il était un grand homme. Vous n’avez jamais entendu un homme Noir parler comme Garvey. » Mais quand M. Garvey était présent, où étiez vous ? Étiez-vous un membre de l’UNIA ? Non. Pourquoi ne vous joignez-vous pas ? Vous n’êtes pas capable de vous sacrifier, mais vous profitez des sacrifices des autres.

Nous étions là quand Noble Drew Ali prêchait, quand Malcolm X parlait, quand l’Honorable Elijah Muhammad nous a fait appel, et quand le Panther Party nous a fait appel. Nous étions là, mais où ? Beaucoup étaient sur la ligne de touche : « Je n’ai pas les entrailles. Je n’ai pas le courage. » Vous n’êtes pas capable de vous sacrifier, mais vous vous tenez prêt à récolter les gains de tous ceux qui ont la volonté de donner leur vie.

Bon nombre des intellectuels et des leaders Noirs n’a pas marché avec le Dr. Martin Luther King Jr jusqu’à ce que ce fût sans danger à leurs yeux. C’était de simples frères et soeurs Noirs qui ont joint ces marches et qui ont été battus pour qu’un homme Noir puisse aujourd’hui coucher avec une femme Blanche et parler des avantages qu’ils ont acquis grâce au Dr. Martin Luther King.

C’était des frères et soeurs dans les villes comme Watts, Detroit, Cleveland et Newark, qui ont payé un prix terrible pour que des Noirs bourgeois puissent entrer dans les grandes sociétés de l’Amérique et gagner de gros salaires, mais pourtant ils se contrefichent de Geronimo Pratt et de ceux comme lui qui ont souffert pour rendre cela possible.

« Malcolm était mon homme, » vous dites. Mais quand « votre homme » frayait un chemin, où étiez vous ? Vous attendiez sur la ligne de touche, le laissant prêcher à la radio et à la télévision, mais vous êtes resté derrière la porte jusqu’à un moment plus confortable pour vous.

Beaucoup ont critiqué Elijah Muhammad, en disant qu’il était contre-révolutionnaire, parce qu’ils n’ont pas vraiment compris ce qu’est la révolution, mais ils en ont fait une romance. La racine de la révolution est la lumière. Il n’y a aucun mouvement sans lumière. La lumière cause le mouvement de notre planète. Cette planète fait sa révolution autour du soleil par la puissance de la lumière frappant la Terre à son équateur, ce qui la fait tourner et produit les quatre saisons. L’introduction de la lumière et de la connaissance chez un peuple qui est endormi sous le pied de l’oppression fait germer une idée de révolution dans leurs esprits. Il n’y a aucun révolutionnaire qui est mort en vain. Il manoeuvre sagement pour que la révolution puisse vivre.

L’Honorable Elijah Muhammad n’était pas un imbécile. Il a étudié l’Amérique au delà de votre imagination. Il a étudié ses lois au delà de la compréhension qu’en ont vos avocats. Il était un homme sage qui connaissait le temps et les saisons, et il a travaillé en prenant en compte le temps dans lequel nous vivons et nous a averti à ce sujet.

Mais puisque beaucoup n’ont pas compris ses actions, ils l’ont jugé comme étant contre-révolutionnaire – alors que c’était la lumière de Muhammad qui les a mis en mouvement. Aussi longtemps qu’Allah (Dieu) me donne le souffle, personne ne prendra n’importe quoi de lui et de son sacrifice,  parce qu’ils respirent l’air que cet homme leur a donné.

Malcolm X n’était pas un révolutionnaire jusqu’à ce qu’il ait rencontré l’Honorable Elijah Muhammad. Il était comme la plupart d’entre nous, voulant quelque chose de mieux, mais ne sachant pas comment y arriver. Beaucoup parmi notre peuple ont dit que les musulmans veulent juste parler et vendre des journaux. Mais Muhammad était sage ; il a dit, « oui, frère, pour le moment. »

Comment pouvons-nous établir une révolution sans l’idée de cette révolution dans les têtes, les coeurs et les esprits du peuple ? Comment pouvons-nous amener le peuple Noir à faire un sacrifice pour une idée alors que nous ne nous faisons pas confiance ? Nous devons établir la confiance parmi notre peuple, ce qui veut dire que vous devez adopter des principes qui encouragent et favorisent la confiance.

Alors étant révolutionnaire, il a dit «  laissez moi diriger votre colère vers quelque chose en vous qui est contre-révolutionnaire » – mais il n’a pas appelé cela contre-révolutionnaire. Il a simplement dit laissez moi diriger votre colère vers quelque chose en vous qui est contre l’élévation et la libération de notre peuple.

Si un frère ou une soeur ne peut pas protéger leur propre vie, nous ne pouvons pas leur faire confiance pour protéger la nôtre. Si vous fumez, vous vous condamnez à la mort en sachant que la cigarette tue, comment pouvons nous faire confiance à un maniaque suicidaire pour la libération de notre peuple ?

Comment des utilisateurs de pilule et des renifleurs de cocaïne peuvent dire qu’ils sont pour la révolution, mais ils ne veulent pas abandonner une pilule, ils ne peuvent pas sacrifier ce qui est mauvais pour le peuple Noir et la libération qu’ils cherchent? Ils veulent la libération, mais ils ne veulent faire aucun sacrifice.

Comment pouvons-nous faire de grandes choses, si nous ne pouvons pas faire les petites choses qui nous sont demandées ? L’HonorableElijah Muhammad a pris la colère de notre peuple envers les Blancs et l’a redirigée vers les narcotiques, la haine de soi et la non volonté de produire pour soi. Avant même de nous en rendre compte, cette haine est devenue une force en nous nous permettant de nous libérer de tous ces aspects contre-révolutionnaires de notre vie.

Après que l’Honorable Elijah Muhammad nous ait élevé à un degré où nous avons cessé de faire toutes ces choses immorales, il a dû nous maintenir occupés. Bon nombre d’entre nous ont voulu prendre un pistolet, mais il a dit, « un pistolet dans la main d’un imbécile, l’imbécile se tuera lui-même. »

Puis nous avions besoin d’un peu d’entraînement. L’Honorable Elijah Muhammad savait que les arts martiaux n’allaient pas arrêter les pistolets de l’homme Blanc, mais cela nous a maintenu occupés et dans la forme. Puis, il nous a dit de vendre le journal Muhammad speaks .

Ceux qui ont critiqué cela n’ont pas compris ce qu’est la lutte. Elijah Muhammad a compris la lutte, et il a dit que nous devons placer nos idées et notre histoire dans les mains de notre peuple. Il y a une balle dans le papier, parce que nous devons tuer l’ignorance qu’il y a dans la tête de notre peuple. Nous devons leur faire voir qu’ils peuvent accomplir ce qu’ils veulent.

Nous mangions un repas par jour. Il enseignait un concept révolutionnaire parce que d’ici peu, il n’y aura aucune nourriture autour de nous, et ce que nous avons, nous devrons le partager.

Si nous aimons nos entrailles plus que la libération, nous deviendrons un traître pour avoir un bol de soupe ou un mouchard pour avoir un repas. Mais quand nous apprenons à discipliner nos estomacs, nous pouvons maîtriser tous nos appétits. Ainsi nous n’irons pas en prison et ne deviendrons pas un ennemi de notre propre élévation en permettant des choses contre-productives de survenir dans notre vie en défaveur du peuple Noir. En contrôlant notre faim pour la nourriture, nous maîtriserons nos désirs profonds, et l’homme Blanc ne pourrait plus nous utiliser.

Que faisait l’Honorable Elijah Muhammad ? Il faisait que notre peuple nous voit comme un ami, comme une personne soucieuse, et il rendait notre peuple réceptif à une idée, bien que notre peuple n’en voulait pas et n’était pas d’accord : l’idée de séparation et de produire pour soi.

Saviez-vous comment il a pu survivre ? Quand la police a attaqué notre mosquée à New York en 1972, ce n’était pas les musulmans qui ont protégé la mosquée ; les drogués sont venus de la rue. Ceux que beaucoup appellent « les rejetés de la société » ont couru à la mosquée, ils ont retourné les voitures de la police, ils ont arrêté les tireurs d’élite en montant sur le toit ; ils ont mis le feu aux gilets par balles des policiers et leur ont dit, « si vous ne laissez pas Farrakhan tranquille, vous êtes tous morts. » C’était des personnes de la rue, parce qu’Elijah Muhammad creusait ses racines dans le peuple.

Puis, nous pouvions commencer à nous organiser bloc par bloc et de rue en rue, parce que le respect, l’engagement et l’amour sont déjà là. Quand nous commencerons à organiser le peuple bloc par bloc, alors nous pourrons déterminer qui doit devenir président, parce que nous avons développé une force d’organisation dans notre communauté.

Ça m’est égal de savoir à quel point le Shah de l’Iran est puissant. Quand le peuple de son pays s’est érigé contre lui, ils l’ont fait partir. Si le peuple est organisé, Geronimo Pratt est libre, et il n’y aura plus de prisonniers politiques. Nous encourageons cette répression par notre non volonté de nous sacrifier, de nous discipliner et de nous organiser correctement contre un oppresseur et pour notre propre libération.

Le gouvernement du programme de contre-espionnage a reconnu en Geronimo Pratt un Hannibal, Genghis Khan, Tamerlane et Khalid Bin Walid, tous réunis en un. Ils l’ont observé au Vietnam. Il était l’un des hommes Noirs les plus décorés du fait de sa survie au conflit vietnamien. Ils ont dit, « tant qu’il est notre négro, tout va bien, mais s’il se retourne contre nous, nous aurons des problèmes. »

Pourquoi ont-ils des problèmes ? Parce que ce qu’il sait, il l’enseignera à d’autres. Son esprit est infectieux et contagieux. Puis, il a fait « l’erreur fatale » de joindre le mouvement révolutionnaire, le Panther Party. Ils étaient de beaux et magnifiques frères et soeurs. Beaucoup ne le savaient pas, mais un jour l’Honorable Elijah Muhammad s’est assis avec moi et a parlé du Panther Party.

Il a dit, « frère, toutes les fois que tu parles, mets un parapluie au-dessus du Panther Party. S’ils t’interrogent au sujet des Panthers, dis-leur qu’ils sont nos frères. » Il ne voulait pas que les Blancs croient que nous sommes en désaccord avec les Panthers. Car si les Blancs pouvaient nous séparer de nos frères, dont ils se sentaient menacés, alors ils pourraient les attaquer, et les musulmans diraient « bien, ils se sont débarrassés des Panthers. »

Quand Geronimo Pratt a rejoint le Panther Party, il est devenu excessivement dangereux. Al Prentice « Bunchie » Carter et John Huggins du Panther Party, qui étaient des Noirs militants et passionnés, et Ron Karenga de l’organisation de l’US, qui était un mouvement orienté vers le socialisme avec une teinte de nationalisme –les opposer est devenu la politique du gouvernement. Carter et Huggins ont été tués, et plus tard Geronimo Pratt est devenu le leader du Panther Party. Quand il a démontré sa capacité d’être leader, il est devenu dangereux et le gouvernement a déployé de fausses accusations pour l’enlever de la place publique, parce que c’était le temps où ils se débarrassaient de chaque mouvement noir, commençant par le Panther Party.

Il se peut que vous vous demandiez ce que cela a à voir avec le sacrifice et la lutte de notre peuple aujourd’hui ? Si vous ne comprenez pas ce qui s’est passé hier, vous n’êtes pas qualifié pour faire face à ce qui se passe aujourd’hui.

                                                                             ***

Dans la bible, Jésus est apparu dans l’empire romain. Il était un révolutionnaire. Ses disciples n’ont pas combattu pour Rome et n’ont pas fait allégeance à Rome. Ils avaient un autre royaume.

Jésus savait qu’avant de faire entrer son peuple dans le royaume, il devait ouvrir les yeux de l’aveugle, faire que le sourd entende, que le muet parle, que l’estropié marche, et il devait ramener les morts à la vie. Il devait prendre des personnes paralysées et faire que leurs mains bougent à nouveau en leur faveur. Il faisait un travail merveilleux, pas parmi les riches ou les intellectuels, mais parmi la masse, le peuple duquel toutes les vraies révolutions proviennent.

Jésus n’y parvenait pas avec les classes, alors il a dit à ses disciples d’aller sur les routes et les rues pour chercher l’aveugle, l’estropié et la prostituée, et de les amener à lui. C’est la sagesse, si vous comprenez. Puis, le sage Jésus devenait trop influent, parce que tout le monde l’écoutait lui et Lazare que Jésus avait élevé de la mort. Ainsi ils ont décidé de tuer à la fois Jésus et Lazare.

Les prêtres en chef ont fait une recherche parmi les 12 disciples de Jésus. Ils avaient un programme de contre-espionnage travaillant de l’intérieur sur Jésus. Ils en ont trouvé un qui prétendait aimer les pauvres, mais il était vraiment jaloux de Jésus parce que des femmes lavaient les pieds de Jésus avec un onguent précieux. Judas devint furieux envers Jésus et s’écria qu’elles utilisaient un onguent cher qui aurait pu être vendu, et les bénéfices auraient été donnés aux pauvres.

C’est la façon dont un trompeur malhonnête survient. Les gens qui sont jaloux masquent leur envie derrière des causes nobles. Les gens réellement véreux veulent toujours montrer à quel point ils ont de l’amour pour le peuple, mais en réalité, leur coeur est tellement empoisonné qu’ils pensent pouvoir effectuer un meilleur travail que l’homme choisi par Dieu. En fait, Judas voulait mettre Jésus à l’écart.

Tout comme les prêtres en chef ont passé les disciples au crible, le gouvernement a passé les Panthers au crible, ainsi que l’UNIA, la coalition des droits de l’homme, et toutes nos organisations, ils recherchaient parmi nous des faibles dont les désirs personnels étaient plus grands que la cause de la libération. Aucune de nos faiblesses ne demeure cachée à l’homme Blanc. Quand nous nous érigeons à une quelconque position de leader, il commence à nous passer au crible immédiatement. Mais si nous ne voulons que la libération de notre peuple, ils n’ont rien à nous offrir.

Ils ont fait un procès manigancé à Jésus. Des faux témoins sont venu et ils ont fait partir les vrais qui auraient pu dire qu’il était innocent. Ils ont placé la crainte dans les disciples et aucun d’entre eux n’est venu au procès de Jésus. Qui est venu au procès de Geronimo Pratt ?

Ces vicieux représentants du gouvernement avaient un programme de contre-espionnage dans les années 80 qui fait paraître le COINTELPRO de J. Edgar Hoover des années 60 insignifiant.

Ils ont accroché Jésus sur une croix, ils ont cloué ses mains, ils ont mis une couronne d’épines sur sa tête, ils l’ont percé sur les côtés, ils ont cloué ses pieds, ils ont pris sa robe et l’ont laissé nu. Des joueurs se sont tenus au pied de la croix, jouant pour avoir sa robe.

Le but de ce récit biblique n’est pas de nous instruire au sujet d’un pauvre pitoyable juif qui a été assassiné dans l’empire romain.

Jésus représente chaque révolutionnaire qui se lève pour la justice dans une société égalitaire où il n’y a aucune classe ou caste, et où tous les hommes sont égaux en vertu de la loi.

Quand nous représentons ces principes dans ce monde, nous sommes perçus comme des fauteurs de troubles et des agitateurs. Nos ennemis décident qu’ils doivent se débarrasser de nous, mais ils ne veulent pas nous tuer sur le coup ; ils veulent nous crucifier dans un endroit public pour nous ridiculiser en public.

Ils brisent les mains de nos leaders, ce qui signifie interrompre la capacité  de faire fleurir nos idées. Ils clouent les mains et les pieds de nos leaders, de sorte que nous soyons immobiles, ce qui signifie que notre peuple ne peut plus bouger.

Durant l’ère romaine, quand ils descendaient les hommes de la croix, ils coupaient habituellement leurs jambes. Ceci signifie qu’ils brisent le support des idées du peuple, de sorte que quiconque qui embrasse leurs doctrines ne puisse bouger. Ils tentent d’écraser ce mouvement.

                                                                               ***

Le peuple Noir doit être libre. Avez-vous la volonté de faire le sacrifice ? Il vaut mieux le faire volontairement, parce que vous allez être amenés de force à une position où vous devrez vous sacrifier.

Le premier sacrifice que vous devez faire est d’arrêter d’utiliser et de vendre des drogues, de faire de nos jeunes hommes et femmes des maquereaux et des prostituées, d’être les mouchards des Blancs.

Ne répétons pas l’histoire. A chaque leader Noir qui lutte pour la justice, ne laissons pas le programme de contre-espionnage en 2005 nous opposer les uns contre les autres comme ce fut le cas dans les années 60 et les années 80.

Ne les laissons pas nous servir d’interprète. Maintenons la communication entre nous, de sorte que même si nous sommes en désaccord les uns avec les autres, nous savons sur quoi nous nous tenons, et nous refuserons de laisser l’ennemi s’immiscer entre nous, en disant une chose à vous et à moi une autre pour que nous  nous opposons sur un champ de bataille les uns contre les autres.

Restez forts, homme et femme Noirs, et restons ensemble.

 

Copyright 2006 FCN éditant, FinalCall.com de ©

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *